Sujet 1:

Contexte:
Depuis peu, la cartographie sur Internet a connu un succès croissant et de nombreux sites permettent de visualiser des cartes sur le Web. Avec l’irruption d’Internet dans le monde de l’information géographique, le besoin d’interopérabilité apparaît de manière encore plus évidente. Face à ces difficultés de partage de l’information géographique, des initiatives de normalisation ont vu le jour ; initiatives conduites par des comités officiels généralistes (les comités 287 du CEN ou 211 de l'ISO [ISO]), par des groupes d'utilisateurs sur des thématiques particulières ou à l'initiative d'industriels qui souhaitent accélérer les processus de normalisation (OpenGIS [OGC] et Open Geospatial Datastore Interface – OGDI).

Le stage :

Etudier les modalités pratiques de mise en place d’un ensemble inter-connecté de serveurs cartographiques et de bases de données géographiques interopérables. Différentes technologies de serveurs cartographiques devront interagir en particulier « UMN MapServer », MapBuilder, « ESRI ArcIMS ». L’interrogation de bases de données géographiques réparties sera également un enjeu du stage avec des SGBDs géographiques divers tels que ArcSDE, POSTGIS ou Oracle.

Quelques questions seront au coeur de l’étude :

  1. Quels sont les avantages respectifs des serveurs cartographiques UMN MapServer, MapBuilder et ESRI ArcIMS ?
  2. quels volumes de données sont échangés sur des requêtes WMS.
  3. Y a-t-il un avantage substantiel à héberger base de données géographique et serveur cartographique sur le même serveur ?
  4. Quels sécurités d’accès sont possibles sur les Map Services ?
  5. Eventuellement, quelle pourrait être la passerelle entre ces données SIG et un système comme Google Earth ? via KML ?

Le résultat espéré de cette étude pratique est la définition des grandes lignes d’un SIG fédérateur et collaboratif à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie.

Sujet 2 :

Contexte :
Avec l’émergence des standards d’échanges de données, il est raisonnable de penser que l’information géographique sera, dans un proche avenir, accessible de manière massive à un vaste public. Cette mise à disposition des données n’engendrera les bénéfices escomptés que si les utilisateurs potentiels sont capables d’identifier les données disponibles et de déterminer leur intérêt et leur pertinence. Les travaux sur l’interopérabilité dans le domaine de l’information géographique s’accompagnent nécessairement d’une véritable stratégie permettant d’accroître l'utilisation et la réutilisation des données géographiques existantes (catalogues) en informant au mieux de leur existence, de leur historique, de leur qualité et de leur structure (métadonnées) tout autant qu’en facilitant leur accessibilité. Aussi, les métadonnées sont essentielles dans cette démarche car elles permettent non seulement à un utilisateur de connaître l’existence des données, mais elles lui permettent aussi de choisir, en connaissance de cause, entre diverses données disponibles d’un ou plusieurs catalogues. Le mise en place de catalogues de données passe, non seulement, par l’utilisation d’un modèle normalisé de métadonnées mais également par des protocoles standardisés de découverte et d’invocation de services distants.
On peut distinguer trois niveaux de métadonnées :

  • Les métadonnées pour la découverte permettant d'identifier un ensemble possible de données correspondant à un besoin spécifique.
  • Les métadonnées pour les catalogues permettant de choisir précisément un jeu de données précis et de vérifier que le jeu de données possède bien les caractéristiques annoncées.
  • Les métadonnées pour l'exploitation qui incluent les informations relevant des deux autres niveaux de métadonnées ainsi que les limites d'utilisation.
Le stage:
Etudier les modalités pratiques de mise en place d’un ensemble inter-connecté de serveurs de métadonnées interopérables selon des normes de l'ISO 19115.
Le sujet de stage consiste à mettre en place une infrastructure distribuée et hétérogène de métadonnées à des fins de consultation et d'intégration dans les serveur de visualisation cartographique.

Différentes technologies de serveurs de métadonnées devront interagir en particulier « Geonetwork », MDWeb, « ESRI ArcCatalog ».

Quelques questions seront au coeur de l’étude :
  1. Etudier la conformité aux normes des différents outils proposés
  2. Spécifier une architecture d'intégration de serveurs de métadonnées
 Le résultat espéré de cette étude pratique est la définition des grandes lignes d’une architecture fédérateur et collaboratif à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie.



Après allez pas me dire que je suis parti pour 10 mois de vacances ;)